ARTERRIS RENFORCE SON ORGANISATION POUR DÉVELOPPER LA FILIÈRE BIO DU GRAND SUD

Engagée depuis 1999 dans la filière des grandes cultures bio, la coopérative agricole Arterris franchit une nouvelle étape en annonçant la mise en place d’une organisation interne dédiée au bio.

L’occasion de faire le point sur cette filière en plein essor sur le territoire du Grand Sud et sur ses ambitions, à savoir le doublement des surfaces des grandes cultures céréalières biologiques d’ici 2022.

Arterris affirme son engagement dans la production céréalière biologique. À ce jour, le territoire couvert par Arterris représente environ 6 % de la surface des grandes cultures bio du Sud-Ouest, dont la moitié concerne les céréales à paille.

D’ici 2022, Arterris prévoit de doubler son activité. Le Groupe coopératif, comptait 240 producteurs engagés en agriculture biologique et ils seront plus de 330 dans cette filière dès la récolte 2018. La coopérative profite en cela du contexte actuel favorable à cette conversion.

L’effondrement des cours des céréales conventionnelles, encourage de nombreux producteurs à se tourner vers la filière bio, dont les cours sont plus stables en raison de la demande croissante des consommateurs. Pour répondre aux enjeux du marché biologique français et à l’augmentation prévue du nombre d’agriculteurs bio, Arterris a mis en place une nouvelle organisation interne dédiée à cette filière, en nommant un référent
« production grandes cultures Bio » dont le rôle sera d’accompagner et de conseiller les producteurs bio, installés ou en phase de conversion et d’animer de nouveaux techniciens dédiés à la production bio.
Le Groupe coopératif va également accélérer sa contribution en investissements dans les outils de stockage des productions bio.

L’objectif est d’accompagner les agriculteurs, satisfaire l’attente des clients, et donc garantir des revenus à ses adhérents sur ce marché en plein essor.

Arterris, membre engagé aux côtés d’autres coopératives pour développer la filière bio du Grand Sud.
Depuis 1999, Arterris est l’un des membres fondateurs d’AgriBio Union, une union de coopératives dédiée à l’accompagnement technique des producteurs et la mise en marché des céréales bio. Six coopératives régionales du Sud sont ainsi associées dans cette union (Terres du Sud (47), Vivadour (32), Maïsadour (40), Euralis (64), Coopérative AgriBio (81) et Arterris) dont l’objectif est de consolider la démarche de l’agriculture biologique dans le Grand Sud et la valorisation commerciale des produits qui en sont issus. Cette structure qui a démontré son efficacité et sa pertinence permet la mutualisation des outils et des compétences au service de l’agriculture biologique. La collecte des céréales bio et/ou en conversion réalisée par les associés d’AgriBio Union s’est élevée à 56 000 tonnes, dont 15 000 tonnes sont produites par des adhérents Arterris.

D’ici 2022, le plan de développement d’AgriBio Union prévoit un doublement des surfaces de grandes cultures biologiques et ainsi atteindre une collecte de 120 000 tonnes. Parmi les associés d’AgriBio Union, certains ont des outils industriels de transformation au service des filières qui assurent près de 50 % des débouchés commerciaux de l’Union AgriBio. Les débouchés d’AgriBio Union sont à 40 % à l’alimentation humaine, et 60 % l’alimentation animale. À terme, ce ratio sera inversé.

Représentant la quasi totalité de la sole française de riz, la Camargue dispose globalement d’une surface de 13 000 hectares pour cette culture, dont plus de 2 500 hectares sont convertis en agriculture biologique, certainement la céréale la plus cultivée en bio en France. Le label agriculture biologique associé aux démarches pour valoriser l’IGP de Camargue sont de véritables relais de soutien de la riziculture.
Une production que la société Thomas valorise grâce à sa rizerie et à son usine de fabrication de galettes de riz (1 000 paquets/jour) à destination de différentes marques bio connues des consommateurs.

« Le développement du bio est fortement lié à la demande du marché, il est donc indispensable de construire des filières issues d’agriculture biologique sur-mesure sans dissocier production et mise en marché, comme l’illustre l’exemple du riz de Camargue.
Arterris et les unions de coopératives assurent la construction de filières issues de l’agriculture biologique solides et pérennes en y adossant des outils industriels performants pour répondre à la progression de la production bio » conclut Christian Reclus, Directeur général adjoint d’Arterris.

Sur la même thématique...